Philippe Grandrieux

Meurtrière
 
L’objet de Meurtrière c’est La Chose.

La Chose est insensée, folle, intenable, hystérique, grotesque, phobique, dangereuse, brutale, dévorante, sauvage, sexuelle, imprévisible, sidérante, frénétique, atroce, inquiète, effrayante, extatique, désirable, vulgaire, perverse, embarrassante, impudique, nerveuse, obscène, pornographique, sacrée, furieuse. Mais avant toute chose, La Chose est sans intention.

Philippe Grandrieux

Biographie


Après des études de cinéma à l’INSAS Philippe Grandrieux commence à travailler sur la scène expérimentale et présente à la Galerie Albert Baronian (Bruxelles) sa première Installation «Via la vidéo» en 1976. À partir des années 1980, dans le cadre de l’atelier de recherches à l’INA, il invente des formes et des formats qui mettent en question le documentaire, l’information, l’essai – donc certains des fondements de l’écriture audiovisuelle. En 1990, il lance par exemple l’atelier Live qui produit des plans séquences d’une heure commandés à des artistes comme Thierry Kuntzel, Robert Kramer ou Robert Frank. Depuis 2009, ses films de long-métrage (Sombre, La Vie nouvelle, Un lac), son dernier film/installation (White Epilepsy), son dernier documentaire (un portrait du cinéaste japonais Masao Adachi), sont invités dans de nombreux festivals et suscitent de multiples programmations monographiques. Philippe Grandrieux est pour l’année universitaire 2012-2013 « Fiction Film Professor » à l’Université de Harvard (USA) et prépare Meurtrière (la suite de White Epilepsy) et Fièvre son prochain long métrage.

Répétitions : au Phare du 16 au 21 septembre puis du 30 septembre au 5 octobre 2013
Représentation dans le cadre du festival Pharenheit le 29 janvier 2014 au Phare

Conception : Philippe Grandrieux
Interprétation : Emilia Giudicelli, Vilma Pitrinaite, Hélène Rocheteau, Francesca Ziviani

Production : Annick Lemonnier pour Epileptic
Coproduction : Le Phare, Centre Chorégraphique National du Havre Haute-Normandie