Nina Santes

HYMEN HYMNE
 
Hymen Hymne est un projet chorégraphique et musical pour 5 interprètes, né de mon désir de prolonger le travail d’incarnation de figures et de corps marginaux, hybrides, «autres», amorcé notamment avec le solo Self made man. Ce solo, créé en 2015, travaille à l’émergence progressive d’une altérité masculine, et se termine sur l’image d’une femme qui hurle dans le flux d’autres voix de femmes. Cette dernière image a pour moi valeur d’oracle : elle prédit un futur, et fait pour moi appel à une nouvelle figure de l’altérité, celle de la sorcière. Au delà de la figure de la praticienne de sorcellerie, j’invoque la sorcière comme un devenir, un potentiel, une construction sociale : celle qui est qualifiée ou autoproclamée sorcière, qui est rejetée ou qui choisit délibérément d’occuper la marge, celle qui est déviante, dangereuse, celle qui s’empare de son corps et de ses actions pour jeter un sort à l’ordre établi.
Qui sont les sorcières? Qui sont nos sorcières? Où sont-elles, et d’où jaillissent-elles? Qu’est-ce qui est tapi dans l’obscurité? Quel est cet évoûtement qui agit sur nous? Quel est ce pouvoir qui nous anime? À qui, à quoi jetons-nous un sort pour de bon, afin d’opérer une transformation? Inspiré de l’émergence des mouvements écoféministes aux États-Unis à la fin des années 1970, et de la résurgence de la figure de la sorcière comme symbole de subversion,
Hymen Hymne sera un spectacle parlé, dansé, et chanté, pour cinq interprètes, oeuvrant au croisement du travail documentaire et du rituel magique.

Biographie


Je suis née et j’ai grandi dans le spectacle vivant. Ma famille s’inscrit dans la tradition du Théâtre Ambulant et de la marionnette. J’ai toujours vu les miens fabriquer des spectacles, de l’écriture, à la fabrication du décor et des marionnettes, à l’interprétation. Je les ai toujours vus se consacrer à inventer, donner vie-corps-voix à des objets inanimés et des altérités actives. Ils ont acquis un savoir-faire, qui leur a été transmis, génération après génération. Ce sont des travailleurs, pleinement dédiés à ce qu’ils font, de leurs propres mains, dans la plus grande autodidaxie. J’ai créé mes premiers spectacles avec ma mère. J’ai appris les gestes, j’ai développé un langage, en faisant, à ses côtés. Ce contexte familial a façonné chez moi un rapport total à la création. Un désir de porter au plateau toutes les dimensions du spectacle. D’en avoir la pleine responsabilité physique. En a émergé un langage chorégraphique articulant la danse avec des pratiques multiples, comme l’utilisation de la voix parlée et chantée, d’instruments de musique, ou la manipulation et la construction d’éléments scénographiques en temps réel.
En devenant auteure et interprète dans le champ chorégraphique, j’ai choisi en un sens d’être à la fois la marionnettiste et la marionnette. Être à la fois le socle et la figure qui émerge. C’est précisément cet endroit de passage qui m’anime. Cet endroit où le corps devient un vecteur. Un vaisseau de l’altérité, quelle qu’en soit sa forme, son nom. 
Les spectacles que je propose sont pensés comme des micro-mondes, des écosystèmes créateurs de rituels contemporains. À travers des dispositifs générateurs de gestes, de sons, d’objets, et reposant sur la relation entre l’individu et son environnement, je tend à faire émerger la part d’altérité, la part d’inconnu, d’étrangeté qui nous habite. Pour un déplacement, une réinvention de soi et d’un rapport au monde.

conception — Nina Santes
réalisation — Soa de Muse, Naeyadji Ka-Gara, Nina Santes, Betty Tchomanga, Lise Vermot
création lumière — Annie Leuridan
scénographie — Célia Gondol / consultant travail vocal — Jean-Baptiste Veyret-Logerias
collaboratrice artistique — Lynda Rahal
collaboratrice recherche documentaire – Camille Ducellier
régie son — Nicolas Martz

production — La Fronde
coproduction — Le Phare Centre chorégraphique national du Havre Normandie ; Le Musée de la Danse,
Centre chorégraphique national de Rennes ; Centre chorégraphique national d’Orléans ; CDCN Atelier de Paris-Carolyn Carlson ;
Fonds de dotation du Quartz, scène nationale de Brest /partenaire — Théâtre des Brigittines, Bruxelles

Image du spectacle