Nathalie Baldo

Un cerf au sabot d'argent
 
Un cerf au sabot d’argent est une très libre adaptation d’un conte de l’écrivain russe
Pavel Petrovitch Bajov (1879-1950).
Triturer le conte. En extraire ce qui nous intéresse aujourd’hui. En garder les images qui nous
interpellent et en développer d’autres. Raconter ce qui n’est pas dit.
Deux présences. Deux solitudes. Une rencontre. La forêt l’hiver. La neige.
Le conte nous questionne : Qu’en est-il de nos espaces de solitude? Comment composer
avec la solitude de l’autre? Par quoi habitons-nous ces temps de repli, comment les préserver,
les accepter pour laisser place à une nécessaire rêverie?
– Nathalie Baldo

«On donnerait à l’enfant une vie profonde en lui accordant un lieu de solitude, un coin.»
– Gaston Bachelard

Biographie


Nathalie Baldo a longtemps travaillé les techniques de danse «africaine» et à travers elles, la relation danse musique et improvisation.
Ce qu’elle continue aujourd’hui d’explorer avec d’autres musiques et musiciens et sous d’autres formes. Elle a croisé les chorégraphes Elsa Wolliaston, Doriane Larcher, Carole Seveno, Germaine Acogny… et a été interprète pour Salia Sanou et Seydou Boro. Très vite elle s’ouvre à d’autres techniques et se forme auprès de chorégraphes et pédagogues comme C. Burgos, O. Gelpe, J. Masse et J. Garros, S. Olzer, R. Chopinot, J. Nadj et son équipe, N. Shulman, C. Thiebelmont, D. Dupuy, F. Beaubois, P. Kuypers, Y. Lheureux… Elle puise dans ces rencontres de quoi se forger une formation éclectique et singulière entre danse contemporaine et techniques complémentaires. Danseuse et interprète pour Teatri del Vento (Blandini/Battezzato) Par delà Terres et Mers, pour Cyril Viallon et Salia Ni Seydou, pour Jean-Luc Caramelle, elle collabore de 2000 à 2005 avec la compagnie de théâtre d’objets Turak (Michel Laubu) et découvre un autre champ de possible autour de la relation corps/objet. Son intérêt s’oriente vite vers la création de spectacles. Elle crée avec une équipe assez fidèle plus de dix spectacles et performances au sein de la compagnie La pluie qui tombe. Au-delà des spectacles, elle multiplie les rencontres avec des artistes d’autres disciplines. Nathalie Baldo, après une licence/maitrise en sociologie à Nancy, a été quelques années institutrice, puis a suivi les formations Danse à l’école coordonnées par Marcelle Bonjour et Bernard Glandier, les formations Danse et enfance, Danse et musique au CEFEDEM de Lyon, et depuis plus de 20 ans transmets, partage, échange dans le cadre d’ateliers et d’actions culturelles.

conception — Nathalie Baldo & Johanne Huysman
chorégraphie — Nathalie Baldo
avec — Magdalena Mathieu (danse), Jean-Christophe Lannoy (violoncelle)
musique — Jean-Christophe Lannoy
environnement sonore — Christian Vasseur
scénographie et objets — Johanne Huysman, Nathalie Baldo
lumières — Annie Leuridan
images vidéos — Bertrand Gadenne
construction — Pierre Bourquin
costumes — en cours
régie générale — François Boulet
technique — en cours
chargé de production — Flavien Boisson

production — Cie La pluie qui tombe
coproduction — Dieppe Scène Nationale ; Le Gymnase CDC Roubaix Hauts-de-France ; La Maison Folie Moulins de Lille ; Le Phare, Centre chorégraphique national du Havre Normandie
avec le soutien de — Le Volcan, Scène nationale du Havre ; Le Bateau Feu, Scène nationale de Dunkerque ; Le Temple de Bruay-la-Buissière ; Le Grand Bleu, Lille ; La Communauté de Communes de la Porte du Hainaut ; Le Channel, Scène nationale de Calais pour un accueil en résidence.
Le spectacle est subventionné par la DRAC Hauts-de-France, la Ville de Lille, le Conseil Régional Hauts-de-France,
le département du Pas-de-Calais.

répétitions — du 14 au 18 novembre 2016 au Phare
création — le 5 février 2017 au Gymnase, Centre de Développement Chorégraphique de Roubaix Hauts-de-France,
dans le cadre du festival Les Petits Pas