Myriam Gourfink et Eric Suchère

Duo concordan(s)es
 
« Concordan(s)e est une aventure singulière où un écrivain rencontre un chorégraphe, l’observe, l’interroge sur ce qui attise son désir ou besoin de créer »
-Jean-François Munnier — Directeur du festival Concordan(s)es

Des propositions abstraites évoquent, par incidence, des éléments naturels (pluie, fumées, phénomènes lumineux) ou des paysages artificiels. Ces propositions adviennent, se superposent, se mélangent. Des éléments de ces propositions sont anticipés ou remémorés dans des contextes différents par la voix du lecteur ou par son double enregistré et sont propulsés dans l’espace, se spatialisent en différentes configurations dans des trajectoires conjointes ou disjointes avec celles de la danseuse – conjonctions et disjonctions que les déplacements du lecteur sur scène manifestent.

«La danse que je développe met à l’étude les techniques respiratoires proposées dans les pratiques de yoga. La conscience du souffle amène la personne en mouvement à trouver les points où les forces s’annulent mutuellement, à goûter l’équilibre, et dans cette suspension du temps, à percevoir pleinement l’attraction terrestre et la pression atmosphérique. C’est l’amplitude et la fluidité respiratoire d’une personne, sa connaissance des poids et contrepoids, et la liberté qu’elle s’octroie à prendre tout le temps nécessaire pour ressentir, qui provoque vu de l’extérieur la lenteur du mouvement.
Vu de l’extérieur, l’étirement du temps caractérise cette danse. Mais cet aspect linéaire et ce ralentissement visible ne sont que la partie émergée de l’iceberg : intérieurement il n’y a pas une linéarité du discours, les sensations, les émotions ne s’ordonnent pas selon une dramaturgie préétablie, cela opère plutôt par bascule, on change d’état soudainement. La lenteur du mouvement est le résultat d’un bouillonnement, d’une révolution intérieure.
Je compte, pour insensiblement, développer dans le temps une composition qui commence avec un mouvement visiblement lent et qui progressivement devient presque statique, comme un flux dans l’immobilité.»
— Myriam Gourfink

Biographie


Formée au conservatoire d’Angers, Myriam Gourfink s’éloigne de sa culture classique pour s’essayer à différentes techniques comme les claquettes avant de se passionner pour la danse contemporaine. Ses créations, parmi lesquelles too generate, This is my house ou Corbeau témoignent de l’influence majeure du yoga sur son œuvre. Figure de proue de la recherche chorégraphique en France, invitée par de nombreux festivals internationaux elle a été artiste en résidence à l’IRCAM et au Fresnoy-studio national des arts contemporains. De 2008 à 2013, elle est directrice du Programme de recherche et de composition chorégraphiques (PRCC) à la Fondation Royaumont.

Poète, Eric Suchère a publié notamment L’Image différentielle (Voix éditions), Le Motif albertine (MeMo), Lent (Le Bleu du Ciel), Le Souvenir de Ponge (CIPm), Résume antérieur (Le Mot et le Reste), et aux Editions Argol : Nulle part quelque, Brusque et Variable, paru en 2013. Egalement traducteur, il a traduit de nombreux poètes néerlandais, italiens, anglais dont l’intégralité des livres de Jack Spicer. En tant que critique d’art, il a collaboré à de nombreuses revues, a écrit de nombreux textes pour des catalogues monographiques et a publié deux livres sur Gérard Gasiorowski. Il enseigne l’histoire et la théorie des arts à l’École Supérieure d’art et design de Saint-Étienne.

Répétitions au Phare du 11 au 14 février et du 20 au 22 février 2014
Création dans le cadre du festival Concordan(s)es le mercredi 19 et jeudi 20 mars 2014 au Centre National de la Danse.

Chorégraphe – Myriam Gourfink
Écrivain – Eric Suchère

Production – Festival Concordan(s)e
Coproduction — Le Phare, Centre Chorégraphique Nationale du Havre Haute-Normandie

Image du spectacle