Mélanie Perrier

Nos charmes n'auront pas suffi
 
Pour une danse qui ne transporte pas une histoire mais une géographie.

Partir de la vitalité de ce qui é-meut, de cette permanence du mouvement, afin de s’approcher de L’état Amoureux tout en le délestant de son poids dramaturgique. Sentir les résonances d’une rencontre venir s’incruster jusque dans la peau et atteindre les profondeurs du corps.
Dès lors l’état amoureux serait-il un état hallucinatoire qui nous invite à décrocher temporairement de la pesanteur du réel?
Ce solo se propose d’en faire écho en choisissant d’éplucher le mouvement à partir du tonus, de la vibration, du balancement et de la pulsation. Il part donc de l’intérieur du corps de l’interprète, et non plus des formes qu’elle peut déployer dans un espace, pour envisager la chorégraphie dans une écriture combinée rejoignant le mouvement à la lumière. Lorsque la lumière peut faire mouvement et le mouvement peut faire lumière.
Cette pièce, écrite pour la danseuse Julie Guibert, cherchera à combiner la vibration du mouvement avec la radiation de la lumière, l’ineffable de l’image avec la densité de la musique, où il s’agit d’écrire avec et pour l’interprète afin d’inventer une écriture en échos et parvenir à trouver un langage commun.

Biographie


Après une décennie où elle articule performances, geste et vidéo, Mélanie Perrier se déplace de l’image à la chorégraphie et de la performance à la danse, pour définitivement investir le territoire du corps et du mouvement. Elle choisit de travailler à partir de l’épure du geste en affirmant une radicalité à partir de la forme du duo. «là où le trio possède une personne en trop et le solo une personne qui manque».
La question du deux reste centrale dans son travail, et l’amène à formuler des projets pour le plateau, avec un souci grandissant autour de la redéfinition du mouvement. En 2009, elle entame ainsi une collaboration avec la danseuse Julie Laporte avec qui elle développe des Partitions de promenades.
En 2010 elle fonde la Compagnie 2minimum et après un parcours artistique modelé à coup de rencontres déterminantes : Mark Tompkins, Deborah Hay, Lisa Nelson, Anna Halprin, Laurent Pichaud, Antonia Baehr, Christine Gerard… Sélectionnée pour le concours Danse Élargie 2012, elle y reçoit une mention spéciale du Jury, pour sa création Imminence, qui fut coproduite par le Musée de la danse / Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne.

Répétitions au Phare du 6 au 10 janvier et du 10 au 14 mars 2014
Création les 22 et 23 mai 2014 au Forum de Blanc-Mesnil lors des Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis

Chorégraphie et Conception : Mélanie Perrier
Interprétation : Julie Guibert
Création lumière : Erik Houillier
Création costumes : Alexandra Bertaut
Création musicale : Silvia Borzelli
Assistante chorégraphique, choréologue Benesh : Cécile Médour

Production : Cie 2minimum
Co-production : Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis / Le Phare, Centre Chorégraphique National du Havre Haute-Normandie / Musée de la Danse, Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne / Centre Chorégraphique National de Tours / DRAC Ile de France
Avec le soutien du Théâtre de l’Agora, scène nationale d’Evry et d’Essonne / Centre National de la Danse, Pantin / Atelier de Paris — Carolyn Carlson / Forum du Blanc-Mesnil / la Gaîté Lyrique, Paris / les Laboratoires d’Aubervilliers

Image du spectacle