Marion Uguen

L'enfant phare
 
« Il était une fois un phare,
il était une fois un enfant sur le phare,
il lait tête une fois,
tête une dernière fois le lait.
Il était une fois,
il était une soif,
la soif sévère de l’enfant
qui a plus qu’un
biberon d’eau vide. »
-— l’enfant phare, extrait

L’enfant phare est un récit initiatique composé de tableaux dansés-chantés à entrées multiples : adulte ou enfant chacun y trouve son conte. Du baume au cœur, beau mot cœur, beau moqueur, l’enfant phare fait des boucles et rond et rond petits pas tapant le rythme de ce chant. En route, suivons l’odyssée de l’enfant assoiffé de vie à la recherche de l’eau, de l’autre.
Munie de son sac à dos, Marion Uguen conte sa danse, transforme les objets du quotidien en paysages sonores et visuels :  un thermos faisant office de phare, d’instrument de percussion ou de longue vue, des cartes routières devenant montagnes…
Invitation au voyage, L’enfant phare explore les potentialités musicales de la langue et du geste, générant un récit hypnotique fait de méandres et de bifurcations, peuplé de sirènes, de videurs de boîte de nuit et autres réjouissances.

BIOGRAPHIE


A l’issue de sa formation au CDC de Toulouse en 2005, Marion Uguen développe un travail de recherche (mouvement et image filmée, interventions en milieu urbain) lors de résidences au Point Ephémère, Bains connective ainsi qu’au Générateur. En 2007, elle est interprète de Mon fantôme écrit et mis en scène par Pascal Rambert et collabore avec Pierre Dumonthier et l’école d’arts de Rueil-Malmaison pour Grand Atelier, performance collective pluridisciplinaire. Sa première pièce, Ceci n’est pas du ping-pong, coproduite par le CDC de Toulouse voit le jour en 2010 lors du festival international C’est de la Danse Contemporaine à Toulouse. 2012, création d’Un jardin à la française, performance-installation participative dans l’espace public, en coproduction avec le CDC de Toulouse et en partenariat avec la Ville de Toulouse (bourse Toulous’up), Le Générateur, Frasq, Pronomade(s). Puis en 2013, Marion Uguen participe à la session de la formation professionnelle Transforme à l’Abbaye de Royaumont. Elle initie ensuite une pratique d’improvisation parlée et dansée, Exercitare. Cette pratique développée durant trois ans bénéficie en 2014 du Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche (Arcadi) et fait l’objet de plusieurs résidences de recherche. Exercitare sera performée dans des contextes variés : festivals (Journées Danse Dense, Théâtre de L’Etoile du Nord, Le Mac Orlan), soirées d’art contemporain (Fondation Ricard, Beaux Arts de Paris) en galeries (Galerie Nivet Carzon, Galerie Plateforme), en appartement, dans la rue etc. Marion Uguen est soutenue en 2015 par le réseau des Petites Scènes Ouvertes (réseau inter-régional pour la diffusion chorégraphique). En résidence à Mains d’Oeuvres, elle bénéficie en 2016 de l’aide à l’écriture de la SACD Beaumarchais pour le projet L’enfant phare.

Texte, chorégraphie, interprétation Marion Uguen
Création sonore Sylvain Ollivier
Création lumière Léandre Garcia Lamolla

Coproduction  Chorège, Relais Culturel Régional du Pays de Falaise ; le réseau des Petites Scènes Ouvertes, Pantin ; Le Vaisseau, lieu de création artistique au centre de réadaptation de Coubert
Soutiens  Aide au projet de la DRAC Île-de-France ; Aide à l’écriture Danse de l’association Beaumarchais-SACD ; Aide à l’écriture du Phare, Centre chorégraphique national du Havre Normandie
Mises à disposition  Le Gymnase, CDC Roubaix — Hauts de France ; Les Eclats, pôle régional de développement pour la culture chorégraphique en Poitou Charente ; La Muse en circuit, Alfortville
Accompagnement  Les Journées Danse Dense, Pantin ; L’Etoile du Nord, Paris ; Mains d’Oeuvres, Saint-Ouen
Répétitions au Phare 27 février au 3 mars 2017
Création le 30 mars 2017 au Festival Les Incandescences, Journées Danse Dense à Mains d’Oeuvres à Saint-Ouen.

Image du spectacle