Margot Dorléans

Vertébrés
 
C’est une manifestation qui se pose dans un espace donné à un moment donné en silence et qui pose cette levée des corps comme la force d’un soulèvement. Une façon de se mettre à nu pour atteindre le cœur. L’urgence de dire le potentiel du vivant.
À l’image du mouvement des Indignés, cette levée des corps se veut être une revendication douce et pacifique se démultipliant en nombre, temps et espace.

Une «manifestation» dans un double sens du terme :
— Rendre tangible les forces invisibles à l’œuvre en nous et constitutives de notre corporéité
— Comme un rassemblement, une revendication

Les corps ne s’appuient que sur eux-mêmes, sur leur propre structure, leurs propres tissus pour dialoguer avec la gravité.
Ils se mettent debout pour exposer leur face «creuse», pour faire l’expérience du dévoilement, de la vulnérabilité, radicalement posés dans un dénuement total.
La visibilité de l’espace du lieu est donnée à travers le médium corps, cet endroit s’habite, se peuple, s’incarne à travers ces corps qui se mettent debout. Il est le décor de ces corps qui se lèvent.
Il s’agit alors de peupler ces espaces par ces présences humaines qui se posent et s’exposent comme une force essentielle faite d’une matière sujette à une perpétuelle transformation.
Dévoilant leur nudité, les corps donnent à voir une forme de mutation permanente et forment ainsi réunis des paysages corporels en mouvement.

Biographie


Margot Dorléans s’investit dans les champs de la danse, de la performance et du soin. Elle est diplômée du Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris en danse contemporaine en 2008 et suit en 2012/2013 le Programme de Recherche et de Composition Chorégraphique — Transforme «Langage» dirigée par Myriam Gourfink à l’abbaye de Royaumont où elle réalise, en tant que chorégraphe, la maquette d’un projet chorégraphique à géométrie variable intitulé Vertébrés. Elle s’engage parallèlement aux côtés de Myriam Gourfink en tant qu’interprète. Elle pratique le shiatsu et le yoga de l’énergie qui permettent de nourrir sa pratique artistique et ses interrogations sur le corps, la place de ce dernier dans la société. Elle collabore activement avec A.I.M.E dirigée par Julie Nioche ; elle a travaillé avec Radhouane El-Meddeb. Margot Dorléans cherche à combiner pratique artistique et pratique énergétique pour questionner le langage du corps, ouvrir et cheminer vers l’inconnu, l’indiscernable et libérer le potentiel du vivant.

Conception, chorégraphie  Margot Dorléans
Interprétation – Marie-Charlotte Chevalier, Maxime Guillon-Roi-Sans-Sac, Luna Paese
Lumières – Gilles Gentner
Collaboration artistique – Margot Joncheray

Répétitions du 8 au 13 septembre au Phare
Représentation le 30 janvier 2015 dans le cadre de la soirée Celsius de Pharenheit

Projet soutenu par la Fondation Royaumont, par A.I.M.E./Julie Nioche et par Le Phare, Centre Chorégraphique National du Havre Haute-Normandie dans le cadre d’une aide à l’écriture.

Image du spectacle