Malgven Gerbes & David Brandstätter

Feeding Back
 
Feeding Back est un dialogue continu entre le plateau et l’espace urbain, réécrivant une chorégraphie sociale autour de la notion de résistance.
S’informant des études comportementales et du fait que l’ensemble de nos données (notamment sur le net) sont facilement accessibles et donc manipulables, nous nous interrogeons : quelle forme de résistance devons nous développer aujourd’hui pour rester des êtres autonomes? Comment et où trouver des espaces de partage ou des territoires transindidividuels qui ne sont pas quantifiables?
Feeding back est un cheminement chorégraphique pour cinq interprètes modelant une expédition philosophique faisant naitre des repères éthiques dans un temps d’intense individualisation.
Performance accumulative en développement continu, Feeding Back prône une poésie sociale et une indépendance intellectuelle, à la fois dans sa structure chorégraphique et dramaturgique, mais également au sein même de son processus de création.

— Malgven Gerbes et David Brandstätter

Biographie


Malgven Gerbes est chorégraphe et danseuse.
Elle élabore des projets chorégraphiques alliant le croisement des médias (mouvement, écriture, documentation vidéographique) et les échanges culturels. Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et Métiers d’Arts à Paris et du département chorégraphique d’ArtEZ à Arnhem aux Pays-Bas (European Dance Development Center), elle fût architecte avant de devenir danseuse et chorégraphe.

David Brandstätter est chorégraphe, compositeur et danseur.
D’abord diplômé en musicologie à l’université de Hambourg, anciennement jongleur et monocyliste professionnel, il étudie la chorégraphie au département
chorégraphique d’ArtEZ. Il concentre ses recherches plus particulièrement sur la danse contact et l’improvisation. Diplômé en 2005, il crée avec Malgven Gerbes l’organisation s h i f t s – art in movement au sein de laquelle ils créent des œuvres chorégraphiques.

shifts – art in movement
Les chorégraphes Malgven Gerbes et David Brandstätter créent des pièces mettant en perspective les certitudes et les incertitudes de leur travail, ouvrant ainsi un champ possible de réflexions et discussions pour les spectateurs.
Leurs productions n’ont pas pour but de résoudre des sujets d’étude en simplifiant le réel ; chaque pièce met en perspective les questions qui ont éveillé leur curiosité, une vue de près qu’ils souhaitent partager avec le public. shifts adapte ses équipes artistiques et ses formes d’expression chorégraphique à chaque projet, faisant naître de nouveaux modèles de collaborations interculturelles et de connexions à chacune de ses créations.
Depuis sa création, la compagnie a collaboré avec plus de 25 artistes, chorégraphes, danseurs, artistes visuels ou musiciens et a présenté son travail dans plus de 20 pays différents.

conception, chorégraphes — Malgven Gerbes et David Brandstätter
interprètes et collaboration — Hyoung Min Kim, Aline Landreau, Sebastian Kurth, Jean Chaize, Felix Mathias Ott, Malgven Gerbes, David Brandstätter
invités, en cours de proposition — Dominique Boivin, Emmanuelle Vo-Dinh, Adrienne Goehler, Alexandros Mistriotis, Jeffrey Gormly
consulting et dramaturgie — Heike Albrecht
textes — Uwe Goessel, Marc Luppiner
composition sonore — Brendan Dougherty
création lumière — Ruth Waldeyer
administration, production et diffusion — Alix Pellet, Marie Ruillé, Ann-Christin Görtz, Clara Debour
graphisme — Yoann Bertrandy
photographie — Cécile Dorléans
vidéo — Christoph Lemmen

production — s h i f t s – art in movement
co-production — Le Phare Centre chorégraphique national du Havre Normandie – direction Emmanuelle Vo-Dinh ; Le Centre chorégraphique national — Ballet de Lorraine – direction Petre Jacobssonv ; fabrik Potsdam : artistes en résidence
Avec le soutien du Ministère de la Culture – DRAC Normandie, de la Région Normandie, du Hauptstadtkulturfonds

Répétitions au Phare du 12 au 23 novembre 2018
Première en France le 1er février 2019 à 20h30 au Phare / Festival Pharenheit
+ Retour Feeding Back le 2 février à 17h au MuMa / Festival Pharenheit