Laure Delamotte-Legrand

DOLLDRUMS
En collaboration avec Julie Nioche

 
Dolldrums est à sa genèse un projet sur la question de la créativité gestuelle dans le milieu scolaire, mais il s’est finalement étendu bien au-delà. Quel espace, quel objet, pour quel geste? Quel temps pour quel rythme? Quel espace-temps pour quel imaginaire gestuel?
Le titre, Dolldrums, est un condensé de «doll» poupée et «doldrums» terme marin qui définit des zones de calme total et étrange, au milieu d’une tempête. Le projet emmène à nos côtés des personnes dans un temps «entre parenthèses», vers un travail intimiste de la lenteur, de la douceur et de l’empathie, souvent à mille lieues de l’univers dans lequel nous baignons au quotidien, dans une société du zapping, de la vitesse et de la violence. Pourquoi l’immobilité nous paralyse, nous effraie? Pourquoi la contemplation est-elle tant subversive?
S’immobiliser — se taire — ne rien faire — dériver — suspension. Dolldrums se décline en cinq films et va à la rencontre de groupes d’âge différents pour chaque
film : enfants, adolescents, jeunes, adultes, personnes âgées. Chaque âge de la vie exprime une nouvelle métamorphose et contient son propre «pouvoir». Il possède sa beauté, ses ressources et sa magie. À différents moments de nos vies quels rapports entretenons-nous avec «l’état d’attention à l’autre et à la douceur»?
Après les adolescents, les jeunes et les enfants, le projet s’installe au CCN du Havre pour le quatrième film et se focalise sur l’âge adulte. Un groupe constitué d’une douzaine de personnes rejoint notre processus de création entre danse et arts plastiques. Le processus de création débute avec des temps de préparation et de recherche au Phare, puis des temps de tournage dans plusieurs lieux du Havre. Comme pour les autres films la matière sera dépendante des univers de chacun et des liens qui se tisseront au cours du projet. Une couleur singulière se dégagera de cette alchimie, chaque film apportant une facette nouvelle à la proposition de départ.»

Découvrez Dolldrums #4, le projet participatif imaginé par Laure Delamotte-Legrand pour le festival Pharenheit #18!


BIOGRAPHIE


Artiste plasticienne et scénographe, Laure Delamotte-Legrand est architecte de formation. La notion de «Génie du lieu», au centre de ses
recherches durant ses études, laisse son emprunte sur sa production artistique, avec un vif intérêt pour la question du contexte. Elle soutient
également un DEA d’études théâtrales et chorégraphiques, axé sur l’analyse du mouvement, à l’université Paris viii. Les questions de présence,
de posture, et de geste sont centrales dans ses créations, dans des travaux solitaires de plasticienne autant que dans des collaborations
avec le milieu de la danse contemporaine. L’identité de ses oeuvres est hybride : photographies, vidéos, création «d’objets» (techniques mixtes)
et performances sont rassemblées dans des dispositifs ou installations. La rencontre de l’autre et son «témoignage gestuel» font partie
des fondamentaux de son processus de création. Depuis une dizaine d’années elle collabore activement avec Julie Nioche et a croisé
de nombreux autres chorégraphes (Thierry Thieû Niang, Lisa Da Boit, Pierre Droulers, Mustafa Kaplan, Donata Durso). Sa collaboration
avec Le Phare CCN débute en 2014. Elle y a présenté dans le cadre du Festival Pharenheit 2015 l’installation Lock Unlock et en 2016
son film Un Nous réalisé avec Thierry Thieû Niang.

Julie Nioche est danseuse, chorégraphe et ostéopathe. Son travail se situe au carrefour de plusieurs champs d’exploration : la danse, la mémoire,
l’art contemporain, le soin, l’architecture, la sensation, la rencontre. Ses chorégraphies explorent la traduction nos sensations intimes
en mouvements dansés. Cette écriture sensorielle s’appuie sur les pratiques somatiques pour faire resurgir l’invention et la liberté de mouvements
quand ils ne sont pas déterminés par un cadre, une forme, mais reliés à un intime. Julie Nioche cherche ainsi à développer la qualité créative
de nos imaginaires quand ils sont débarrassés de tout empêchement et jugement. Elle partage cet intime en construisant des dispositifs
qui sollicitent tous les sens des spectateurs, les invitant à se relier à leurs propres sensations et mémoires. Depuis 2007, A.I.M.E. — Association
d’Individus en Mouvements Engagés — accompagne les projets artistiques de Julie Nioche et travaille à la diffusion des savoirs du corps
dans de multiples milieux. A.I.M.E réunit des collaborateurs venus de contextes professionnels différents et porte ainsi la présence artistique
au-delà de son territoire habituel, en la situant au coeur de la société.

conception et réalisation – Laure Delamotte-Legrand
chorégraphie – Julie Nioche
assistante à la chorégraphie – Miléna Gilabert
création musique – Eric Thielemans

coproduction — Le Phare, CCN du Havre Normandie avec le soutien du Pôle Image Haute-Normandie, dans la catégorie «Images différentes»

Image du spectacle