Artiste associée

16-17-18
 
Mylène Benoit est artiste associée au Phare pour 2016, 2017 et 2018 dans le cadre du dispositif Résidence d’artiste du Ministère de la Culture.

Et voilà, c’est parti. Je suis heureuse et fière d’être artiste associée au Phare — CCN du Havre Normandie pour trois années. Nous avons attendu longtemps et rêvé ensemble un projet que nous allons enfin pouvoir amorcer. «Nous», c’est l’équipe de ma compagnie Contour Progressif basée à Lille, et l’équipe du Phare. J’ai le plaisir de rejoindre une chorégraphe-directrice, une équipe, un projet, un lieu, une ville, des habitants, avec lesquels je voudrais tisser une relation, inventer trois années d’échanges et d’expériences communes. Partager ce qui, pour moi, sous-tend la danse : le mouvement de la pensée. Je me dis souvent que nos corps se rappellent des choses que notre conscience a oubliées, ou encore que la danse est «phylogénétique» : elle nous met en relation avec des archaïsmes, avec notre histoire singulière, et peut-être aussi celle de notre espèce. La danse est un outil anthropologique, une façon de mettre en jeu au même instant en même temps, l’exercice du corps et celui de l’esprit. La danse permet de chercher des rapports, des accords, des modes d’être ensemble.
Ma dernière création, l’Aveuglement, a été conçue en résidence au Phare en avril dernier, et nous la présenterons en janvier 2017 dans le cadre du festival Pharenheit. Elle commence par un moment d’obscurité et de silence, nous restons tous ensemble sans rien dire, sans rien faire. Façon de rappeler que nous pensons déjà quand nous sommes tous là, maintenant, ici. Ceux qui scrutent le noir et attendent de voir, ceux qui pour l’instant écoutent et attendent d’agir. Cette entrée dans la pièce, dans l’obscurité de tous ces corps réunis, dit déjà ce que nous souhaitons partager : un retour à soi / en soi, des perceptions sensibles, un ralentissement, une écoute. Il est fondamental dans la période politique que nous traversons, de nous rappeler qu’aller au spectacle c’est aussi «faire corps», se rassembler. Ressentir ensemble pour pouvoir penser le monde.
Dans le cadre de ce projet d’association, je souhaite inviter les Havrais à faire de l’art et à partager la démarche chorégraphique de la compagnie. Emprunter à l’image, à la lumière, à la voix ou à d’autres médias pour élargir le champ de la danse. Imaginer des rendez-vous dans lesquels on convoquera tous les corps de la danse, tous les états de la psyché, et observer ce que la pratique change à l’expérience de spectateur. Je voudrais ouvrir une discussion, une rencontre qui prend son temps, faite de savoirs ouverts, de curiosités, d’images en couleurs et de corps en mouvement. Et ça commence avec notre soirée Phare West#7 — Danser jusqu’à l’os, le 5 novembre 2016 au Phare!

— Mylène Benoît

«Sentir la brièveté du temps de la vie, l’urgence d’agir avant de passer mon tour… Et chemin faisant, je comprends que cette quête du sens de mon «Faire» est faite de celui de tous les autres «faire» avant et après le mien et que cet en-commun me permet d’oser commencer à penser par moi-même avec confiance et courage […]. L’identité va de pair avec l’expression de soi. L’art conjugue un va-et-vient constant entre le singulier et le chorus où se dessinent des réponses personnelles à des questions universelles et des réponses universelles à des questions sur soi.»

— Maguy Marin, Théâtre de la Colline, 10 décembre 2014