Anne Collod

Le parlement des invisibles
 
Quelles relations entretenons-nous avec les morts?
De quelle façon les disparus – êtres et oeuvres – nous mettent-ils en mouvement? Comment nous soutiennent-ils ou nous ébranlent-ils au sein de nos pratiques?
Qui est le mort, qui est le vivant? Qui entraine l’autre? Qui manipule qui?

Le Parlement des invisibles est une danse macabre contemporaine qui met en scène un dialogue dansé entre les vivants et les morts. Tantôt procession, défilé, carnaval, farandole, poursuite, enlèvement, transe, possession, il s’appuie sur la dimension collective et sociale des danses macabres et sur leurs charges festive et satirique. Il convoque la désarticulation des normes, le documentaire et la fiction, le politique et le fantastique.

Biographie


Initialement diplômée en biologie et en environnement, Anne Collod est danseuse contemporaine et chorégraphe. En parallèle à un parcours d’interprète auprès de différents chorégraphes, sa rencontre avec la cinétographie Laban (système d’écriture du mouvement, dont elle est diplômée en 1993) la conduit à s’intéresser à la recréation, à partir de partitions, d’oeuvres chorégraphiques du XX° siècle et à co-fonder le Quatuor Albrecht Knust (1993-2001), collectif d’interprètes articulant dans son approche spectacles, recherche et pédagogie. Elle poursuit au singulier ce travail de réinterprétation en axant son travail sur les «utopies du collectif». Ce thème l’amène à travailler au long cours avec la chorégraphe américaine Anna Halprin, pionnière de la danse post-moderne, et à proposer une réinterprétation in-extenso de Parades and Changes (1965), oeuvre majeure de la chorégraphe. Créée à la Biennale de la Danse de Lyon puis au Festival d’Automne à Paris en 2008, parades & changes, replays, suivie en 2011 d’une nouvelle version parades & changes, replay in expansion tourne depuis intensivement en France et à l’étranger et a été récompensée par un Bessie Award à New-York en 2010. Anne Collod a bénéficié pour l’année 2010-2011 de l’Aide à la Recherche et au Patrimoine du Ministère de la Culture et du programme Hors les Murs de l’Institut Français/Ministère des Affaires Etrangères pour un projet de recherche autour des Danses Macabres, qui l’a menée au Mexique et au Japon.
Elle s’intéresse par ailleurs à la création in situ, et a notamment présenté en 2007 (faire) cabane avec le designer et performeur Mathias Poisson, proposition plastique et chorégraphique pour site et choeur d’amateurs. Elle est également régulièrement invitée en tant qu’enseignante en France et à l’étranger et est diplômée de la méthode Feldenkraïs.

Répétitions au Phare du 17 au 30 mars 2014

Conception : Anne Collod
Chorégraphie : Anne Collod en collaboration avec les interprètes, Sigurd Leeder
Interprétation : Jonas Chéreau, I-Fang Lin, Marlène Monteiro Freitas, Fabrice Ramalingom, Betty Tchomanga
Collaboration artistique : Johann Maheut, Cécile Proust
Voix : Midori Sawato
Musique : Pierre-Yves Macé, Camille Saint-Saëns
Lumières : Henri Emmanuel Doublier
Costumes : La Bourette
Scénographie : Johanne Maheut
Images : Jacques Hoepffner

Production déléguée : Association …& alters
Coproduction : le Vivat, scène conventionnée danse et théâtre / Centre National de la Danse, Pantin / Centre Chorégraphique National de Montpellier Languedoc-Roussillon / Le Phare, Centre Chorégraphique National du Havre Haute-Normandie / La Grande Halle de La Villette / La briqueterie, CDC Val de Marne
Avec le soutien du Théâtre de Vanves et du Pact-Zollverein

Image du spectacle